Communiqué de presse des Jeunes Pour la France - 12/10/2010

Les lycéens en grève contre la réforme des retraites

Le 12/10/2010

 
Les Jeunes Pour la France, le mouvement de jeunesse du MPF de Philippe de Villiers, lancent un appel à la responsabilité des lycéens ainsi que des chefs d’établissements des lycées de France, qui se doivent de faire respecter l’ordre et la loi au sein de leurs établissements.
En effet, le désordre et les agitations incongrues qui règnent dans des centaines de lycées publics, voire les blocages dont ils sont victimes, ne sont pas tolérables. Les Jeunes Pour la France rappellent que les lycéens ne disposent pas, en vertu de la loi, du droit de grève.
« Le décret n° 91-173 du 18 février 1991 relatif aux droits et obligations des élèves ne prévoit pas l'exercice d'un droit de grève par les lycéens. En revanche, ce texte mentionne l'obligation d'assiduité aux cours. Des élèves participant à des mouvements de grève encourent ainsi le risque d'être sanctionnés pour défaut d'assiduité en fonction de ce que le règlement intérieur de leur établissement prévoit. »

La seule solution qu’il reste à ces lycéens s’opposant frontalement à cette réforme, est de travailler sans relâche, de travailler toujours plus et toujours plus longtemps, pour affronter l’hyper-concurrence européenne et mondiale, conséquence logique de la signature des traités (Maastricht, Lisbonne…), notamment votés par la gauche socialiste et mondialiste. Par conséquent, pour éviter une concurrence déloyale avec ses voisins européens, la France se voit dans l’obligation de s’aligner sur les mesures économiques de l’Union Européenne.
Dominique Strauss-Kahn et Pascal Lamy (respectivement directeurs généraux du FMI et de l’OMC), socialistes notoires, ne sont-ils pas les artisans du libre-échangisme mondialisé et les organisateurs de la dérégulation économique mondiale ? Il est absurde de la part des manifestants de faire grève auprès de leurs mentors politiques de gauche, alors que ce sont ces mêmes derniers qui, par leur vote d’approbation à l’ensemble des traités européens, ont mené la France dans son état économique actuel.

Alors que nous assistons déjà à la quatrième grève depuis le début de l’année scolaire, grèves systématiques qui constituent par ailleurs de véritables prises en otages des français, les Jeunes Pour la France dénoncent la présence aberrante et inconvenante des lycéens dans la rue.

Lycéens, au travail ! Le baccalauréat vous attend, mais pas dans la rue.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×