La convention - Egalité réelle - : décidemment les socialistes n’ont rien compris !

 

 

Le PS vient d’adopter samedi 11 décembre, sa convention « égalité réelle » qui constitue la colonne vertébrale de son programme pour les élections présidentielles de  2012.

 

Ce texte, préparé et défendu, par Benoît Hamon est affligeant ! Constitué de plus de 200 propositions, portant sur l’éducation, la fiscalité, le logement, le transport, l’énergie ou encore la santé, il est l’illustration d’une gauche archaïque complètement déconnectée de la réalité.

Jamais le PS n’aura été aussi loin dans le « plus d’impôts » et « plus de dépenses » avec un Etat omniprésent dans tous les domaines qui fera fonctionner le système à coup de « sanctions ».

Je ne vous citerai pas les 200 propositions mais juste un échantillon prouvant le manque de crédibilité des socialistes.

Ainsi, en matière d’emploi, les entreprises ne seront plus aptes à décider seules de leur politique. Si ces dernières ne respectent pas les demandes de l’Etat, elles seront soumises à « une surcote progressive des cotisations employeurs" notamment " en fonction du pourcentage d’emplois précaires". Même chose pour la grille des salaires dans le secteur privé, c’est l’Etat qui décidera ! Si certains employeurs ne peuvent pas suivre cette grille, tant pis pour eux car « un système de bonus-malus sera appliqué aux cotisations des entreprises en fonction de la conclusion ou non d’un accord salarial ».

Quant au recrutement, l’Etat prendra en charge l’embauche d’agents formés et « les frais inhérents à la recherche d’un emploi » seront « pris en charge par le service public ». Avec quel argent ?!

Les chômeurs en fin de droits pourront bénéficier de meilleures conditions d’indemnisation et le RSA pourra également être accordé à « tout jeune salarié de moins de 25 ans, s’il ne bénéficie plus d’allocations chômage ». Et ce n’est pas tout ! Les socialistes proposent également de nombreuses aides et allocations destinées aux étudiants : augmentation « des aides sociales », « création d’une allocation d’études et de formation », mise en place d’ « un dispositif nouvelle chance » avec revenu à la clé pour ceux qui n’ont pas de diplômes ou encore « une aide au départ en vacances de 200 euros minimum pour les mineurs qui ne partent jamais » !

Dans le cadre de la politique du logement, le PS tient la même ligne de conduite à savoir imposer aux municipalités l’obligation de construire toujours plus de HLM. Ainsi le PS indique « Nous renforcerons la loi SRU : les exigences en matière de construction de logements sociaux seront étendues à 25 % (dont 15 % de logements très sociaux). Gare aux communes qui ne joueront pas le jeu ! Là encore des sanctions seront prévues !

 

Sans chiffrer un seul instant toutes ces propositions, le PS aborde toutefois la question du financement de ses ambitieux projet et propose une solution : l’impôt ! Si les particuliers verront par exemple, la plupart des niches fiscales supprimées et la création « d’un grand impôt citoyen », les entreprises quant à elles n’ont pas fini de banquer ! En effet, le PS établira un « nouvel impôt économique », « l’impôt sur les sociétés sera modulé pour taxer plus lourdement les entreprises qui versent les dividendes les plus élevées », ou encore « les cotisations patronales seront majorées pour les temps partiels ».

En matière d’immigration également, le PS n’y va pas de main morte et n’hésite pas à présenter la lutte contre les discriminations en véritable dogme ! Tout y est, du « droit de vote et d’éligibilité aux étrangers non communautaires pour les élections locales », jusqu’à la formation à « antiségrégationnisme » obligatoire pour les enseignants, les inspecteurs d’académie, les responsables de recrutement dans les entreprises, les policiers et les magistrats.

 En outre, « pour montrer que la France s’est construite par les vagues de migrations », les programmes figurant dans les manuels scolaires au collège et au lycée seront bien entendu modifiés…

Enfin, je souhaitais vous faire part des idées innovantes du PS en matière d’éducation. Là aussi, c’est édifiant ! Notamment, au niveau du système de notation scolaire. Ainsi, le PS déclare : « les insuffisances de l’évaluation chiffrée sont facteur de stress et de compétition. Nous devrons favoriser une évaluation permettant de valoriser les progrès, les efforts et les compétences acquises ». Pour faire bref, cela indique clairement que les notes seront supprimées ! Le PS souhaite également mettre fin aux redoublements et insiste sur un objectif majeur : « atteindre enfin 80 % d’une classe d’âge diplômée du baccalauréat ». Quel nivellement par le bas ! Mais surtout quel manque de lucidité par rapport aux réalités du marché du travail qui a tant besoin de main d’œuvre spécialisée dans des travaux manuels et qui ne requiert pas forcément le baccalauréat !

Je ne pouvais conclure ce billet d’humeur sans vous parler des ambitions des socialistes en matière de politique familiale. Outre « le droit au mariage » et « à l’adoption par tous les couples homosexuels » ainsi que « la contraception gratuite et anonyme (pour les mineurs), les socialistes veulent aller plus loin dans « l’égalité entre les sexes et les sexualités ». Ils n’hésitent pas à envisager la création d’un « ministère des droits des femmes et de l’égalité entre les genres » (comprenez : bi-sexuels et transexuels notamment…).

L’éducation sexuelle à l’école figure également en proposition phare. La convention prévoit  « six heures d’éducation à la sexualité, par an », « de la classe de CP à la terminale ». Ne riez pas ! Cette proposition est réellement avancée par le PS. Nos bambins bénéficieraient  d’une éducation sexuelle à l’école, à partir de 6 ans !

Ainsi donc, dans une société en perte de repères, dans un contexte de grave crise économique  et de déficits publics colossaux, les socialistes nous confirment qu’ils n’ont rien compris et osent présenter un projet complétement irréaliste, à la limite du ridicule. Si de prime abord, nous sommes tentés de rire à la lecture de cette convention, nous sommes ensuite rapidement alarmés par le danger, pour la France, de voir un jour appliquer un tel programme. Car pour Martine Aubry, ce texte est très sérieux. Elle a en effet martelé, lors du dernier Conseil national du PS que « l’égalité réelle, c’est la véritable crédibilité des socialistes aujourd’hui » ! Ca promet ! Nul doute en tout cas que si la gauche remporte les élections présidentielles de 2012, l’application du programme issu d’« égalité réelle », conduira notre pays à la ruine !

Par Sophie MEVEL

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×